• Migration

    Au lycée, j'ai entendu plusieurs camarades dire que les migrants vont voler le travail et les ressources du pays et qu'il n'y a plus d'avantages à être né en France.

    Si la France offre du travail et des ressources, ce n'est pas du vol. De plus, les migrants sont des humains, comme tout le monde et ont le droit d’accéder aux mêmes droits que les français "de souche". Ils devraient recevoir du respect, pour avoir quitter tout ce qu'ils connaissaient, et non pas du mépris pour simplement espérer une vie meilleure en France.

    Une fille m'a dit que de toute façon la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde, mais pouvez-vous refuser à un enfant de cinq ans, les yeux dans les yeux, l'entrée dans le pays? Comment demander à une famille de retourner d'où ils viennent alors qu'ils ont passés des jours et des nuits dehors à courir avec le rêve d'un avenir? Car que fuient ces gens? Ils fuient la guerre et la misère. Mais qui crée la misère et la guerre? L'argent ou la religion, le plus souvent. Les pays "développés" vendent des armes, et se plaignent de devoir assumer leurs actes.

    De quel droit un homme peut-il refuser à un autre le droit de passer une frontière, frontière qui n'est pas physique? De quel droit un homme peut prétendre à un travail si un autre homme venu de loin est plus qualifié? De quel droit un homme peut-il refuser d'en accueillir un autre si celui-ci a fuit sa terre de naissance? De quel droit un homme peut-il se prétendre supérieur, juste avec un couleur de peau, une religion, une langue et une famille différente d'un autre? L'humanité est de tendre la main à ceux qui en ont besoin!

    Comment aider? Il existe des organismes qui permettent aux réfugiés d'habiter chez des français pendant quelques temps. Par exemple CALM permet d'accueillir à la maison.

    Poème de Maryam Madjidi trouvé sur lepcf.fr :

    Il était une fois

    Un père, une mère et une fille
    Le père avait la forme d’une ombre se faufilant sur les murs
    La mère, le visage caché, portait une longue robe balayant la terre
    La fille, silhouette légère, avait les pieds suspendus dans l’air
    Et tous les trois gardaient un secret dans le creux de la main
    Sur leur paume, un mot était gravé, EXIL

    La fille n’avait plus de jouets
    On raconte qu’elle les avait échangés contre les lettres de l’alphabet
    La mère n’avait plus de sourire
    On raconte qu’elle l’avait échangé contre une poignée de souvenirs
    Le père n’avait plus de jeunesse
    On raconte qu’il l’avait échangée contre quelques pièces de monnaie
    Et tous les trois peu à peu devenaient des étrangers

    La terre se dérobait sans cesse sous les pieds de la fille
    La mémoire s’échappait sans cesse de la tête de la mère
    Les pièces manquaient toujours dans les mains du père
    Et tous les trois peu à peu perdaient le gout de la vie

    Alors, la fille détourna ses yeux de la terre pour apprendre à voler
    La mère chassa la mémoire pour apprendre à oublier
    Le père ne compta plus ses sous pour apprendre à rêver
    Et tous les trois se mirent à rire

    Leur rire résonnait si loin
    Qu’il pénétra jusque dans les oreilles de leur famille
    Leur rire résonnait si fort
    Qu’il fit trembler leur terre délaissée
    Leur rire résonnait si haut
    Qu’il réveilla leur mémoire engourdie
    Mais tous les trois, à force de rire, avaient les larmes aux yeux à présent

    Et leur rire pourtant si beau pourtant si fort
    Résonnait comme résonnent les pleurs à présent
    Les pleurs
    D’un père, une ombre se faufilant sur les murs
    D’une mère, un visage caché portant une longue robe balayant la terre
    D’une fille, une silhouette légère aux pieds suspendus dans l’air
    Et tous les trois gardaient un secret dans le creux de la main
    Sur leur paume un mot était gravé : EXIL


  • Commentaires

    1
    Mardi 25 Juin à 18:34

    ‘Les migrants volent le travail des gens du pays’, c’est une stratégie de politiciens. Et tout le monde sait que politicien est synonyme de gros menteur.

    Partout, il y a des chômeurs. Et vu que c’est facile à croire qu’un mur va réduire le chômage, tout le monde vote pour le fichu mur.

    2
    Mardi 25 Juin à 18:54

    Tu as raison

    Je pense que peut être certaines personnes n'aiment pas avouer qu'elles sont moins qualifiées pour un métier qu'une personne n'étant pas née dans le pays...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :